Mercredi 24 Novembre 2010.

 

   Martine Aubry a assuré, mercredi, que le pacte de non-agression tenait bon entre elle, Dominique Strauss-Kahn et Ségolène Royal et qu'ils décideraient ensemble d'une seule candidature à la primaire présidentielle.

   Sur France 2, le premier secrétaire du PS a confirmé les dates de cette consultation inédite, que plusieurs " présidentiables " souhaitent voir avancée. " Au printemps, nous aurons le projet des socialistes. En juin (...), nous aurons des candidatures, et à l'automne - c'est cela notre calendrier - nous demanderons aux Français à nous aider à choisir notre candidat ".

   Priée de dire si sa candidature éventuelle était toujours liée à la décision de Dominique Strauss-Kahn, l'actuel directeur général du Fonds monétaire international, elle a répondu implicitement par l'affirmative. " Nous avons déjà dit que nous réfléchissons ensemble. Ségolène (Royal) a dit qu'elle souhaitait aussi réfléchir avec nous et donc nous proposerons une candidature véritablement ensemble, c'est-à-dire pas l'un contre l'autre ou l'une contre l'autre", a expliqué Martine Aubry.

    "   On a tiré toutes les leçons du passé : les leçons de la division, de l'absence de travail et d'une responsabilité qui n'a peut-être pas été suffisamment grande ", a-t-elle fait valoir. " Nous pensons d'abord aux Français. Nous préparons notre projet pour montrer qu'une autre France est possible."

 

   Seuls deux élus socialistes ont fait, pour l'instant, acte de candidature officielle aux primaires : Manuel Valls et Arnaud Montebourg.

 

Jeudi 25 novembre 2010.

.   L'ex-Premier ministre Laurent Fabius a jugé que le PS ne pouvait pas avoir " quinze candidats " aux primaires en vue de 2012, au lendemain des déclarations de Martine Aubry suggérant une entente entre elle-même, Dominique Strauss-Kahn et Ségolène Royal pour cette compétition. " Si on veut gagner, il faut une unité " et " si on veut une unité des socialistes, les principaux leaders ne vont pas tous se présenter les uns contre les autres ", a argumenté Laurent Fabius sur Europe 1. " Il n'y a pas du tout d'arrangement. Simplement, on ne va pas avoir quinze candidats ", a-t-il dit.

   Selon le député de Seine-Maritime, les déclarations de Martine Aubry mercredi suggérant une entente entre elle-même, Dominique Strauss-Kahn et Ségolène Royal pour les primaires, ne sont  " pas un scoop ". Il a rappelé qu'au moment où la question de la succession de François Hollande à la tête du PS s'est posée, le président du FMI, la maire de Lille et lui-même s'étaient mis "d'accord pour à la fois propulser Martine Aubry première secrétaire et en même temps, si les choses marchaient, pour qu'il y ait une candidature " socialiste concertée entre les principaux ténors. Aujourd'hui, " Ségolène Royal s'associe à cela, c'est une bonne chose ", a-t-il dit. Selon M. Fabius, DSK " semble être aujourd'hui le mieux placé " pour l'emporter à la présidentielle.

 

   François Hollande a déploré ce même  jeudi sur Rtl, les " arrangements " entre présidentiables socialistes en vue de la primaire. Martine Aubry a confirmé, mercredi, le pacte de non-agression la liant à Dominique Strauss-Kahn et Ségolène Royal, qui proposeront une candidature " véritablement ensemble ", selon la première secrétaire du PS.

   .   "   Les pactes, ça vaut pour ceux qui les signent et éventuellement les respectent, ça ne vaut pas pour ceux qui n'en sont pas ".

 .    "    Une élection présidentielle, ce n'est pas un arrangement. On ne se dit pas qu'on va être candidat parce qu'on aura mené telle ou telle négociation ou compromis. Je pense qu'une élection présidentielle, c'est une compréhension de son propre pays et une volonté de porter un projet ", a insisté celui qui se prépare, depuis 2008, à être candidat à la candidature.

 

   Une entente tripartite entre Martine Aubry, Dominique Strauss-Kahn et Ségolène Royal pèserait lourdement sur la primaire socialiste, donnant un poids prépondérant au candidat issu de ce pacte.

.    "   Je ne pense pas qu'il faille prendre le corps électoral des primaires comme un simple corps électoral de ratification. Il y aura des choix et des personnalités de toute manière, et donc faut-il encore s'y préparer. Je ne suis pas là pour me déterminer par rapport à tel ou tel pacte, je suis là pour dire :  moi, est-ce que j'ai une place, non pas dans la primaire, mais dans le pays, pour défendre des options et des choix ", a-t-il fait valoir.

    Les candidatures à l'investiture présidentielle doivent être déposées en juin. Le scrutin aura lieu à l'automne, après les élections sénatoriales.

 

Vendredi 26 Novembre 2010 .

" Je suis extrêmement ferme. Je ne veux aucune ambiguïté." L'ex-candidate socialiste à l'Élysée Ségolène Royal a assuré vendredi sur Europe 1, qu'il n'y avait " aucun pacte pour empêcher les primaires ", et qu'elle ne voulait pas de " malentendu " après les déclarations de Martine Aubry évoquant une entente pour désigner le candidat pour 2012.

" Les primaires ont été promises aux Français, qui doivent pouvoir venir choisir le candidat de la gauche, donc je ne veux pas qu'il y ait de malentendu", a poursuivi la présidente de la région Poitou-Charentes. "

.   " Les dirigeants socialistes sont conscients de la nécessité de se rassembler, le moment venu, (avec) toute leur énergie, toute leur force, plutôt dans un pack que dans un pacte, pour battre la droite ", a-t-elle dit, se posant même en " garante du bon déroulement des primaires " socialistes en vue de la présidentielle de 2012.

.

 

.

Retour à l'accueil