Extrait du Point.fr

 

Il apprécie l'ambiance qui règne aux universités d'été de La Rochelle, François Hollande.

 " Je me félicite de ce climat d'unité. Unité... Synthèse... Tous ces mots tombent dans le patrimoine commun. J'en suis très heureux, c'est mon oeuvre qui se perpétue", plaisante l'ex-patron du PS.

 

   Son oeuvre, entamée lorsqu'il était premier secrétaire (1997-2008), le président du conseil général de Corrèze aimerait lui donner une nouvelle dimension. Cela passe par une candidature aux primaires qui désigneront, à l'automne 2011, le représentant du PS à la présidentielle 2012. Son ambition est connue depuis de nombreux mois. Le maire de Dijon, François Rebsamen, rapporte cette " jolie formule " que François Hollande a sortie aux militants vendredi :

   -  " J'ai assez oeuvré pour l'unité pour faire entendre ma différence." 

   François Hollande dévoile quel " style " il veut donner à sa candidature : il sera l'homme de " la mesure ", face à " la présidence d'excès de Nicolas Sarkozy ".

" La bonne personne ":

   Lui, que l'on connaît drôle et à l'aise sur scène, peaufine là une image de sérieux et d'assurance. À la question " Quelles sont vos forces ?", il répond du tac au tac :

   - " C'est moi ! Mon expérience, mes idées. J'ai été premier secrétaire, j'ai la confiance des adhérents."

 "François pense qu'il peut être la bonne personne, mais le contexte est très particulier puisqu'il ne sait pas qui seront ses adversaires", explique un proche. En effet, la donne est différente s'il doit affronter Martine Aubry ou Dominique Strauss-Kahn, dont il est acquis qu'ils ne se présenteront pas l'un contre l'autre. À noter que l'hypothèse d'une candidature de Ségolène Royal n'est même pas prise en compte dans la réflexion. 

 

Pas candidat face à DSK ?

Décryptage : Face à Martine Aubry, qu'il n'apprécie pas, François Hollande sera candidat aux primaires, pensant pouvoir incarner un style différent. " Sans compter que, si ces deux-là sont sur la même ligne au niveau des idées, Martine Aubry doit se déporter sur sa gauche à cause de ceux qui l'ont aidée à accéder au poste de premier secrétaire", dit encore un proche de l'ancien premier secrétaire, en référence à Laurent Fabius, Benoît Hamon et leurs amis membres de la direction du parti.

 

" En revanche, face à Dominique Strauss-Kahn, ce n'est plus la même chose. On ne peut pas s'apprêter à affronter DSK. Alors, on construit la plate-forme pour le départ de la fusée le jour où DSK dira : Je ne suis pas candidat", dit encore un soutien de Hollande, qui ne croit pas à un retour du patron du FMI.

 

   Hollande espère dans ce cas que le choix du représentant socialiste pour 2012 se fera avant l'été 2011.

 

.

Retour à l'accueil